Travel Inspirations & Experiences

Brice Portolano, photographe et coup de coeur de cette année

LE REGARD DE...

Le photographe Brice Portolano vient de publier le fabuleux et audacieux No Signal, aux Editions Hoebeke, une ode à une planète durable, à un changement radical de style de vie. Ce livre est un concentré d’évasion et d’émotion, des archipels de l’asia aux forêts enneigées de Laponie.

Ce livre étant un coup de coeur, j’ai voulu en savoir plus et comprendre ce qui trotte dans la tête de ce photographe qui casse les codes et a un formidable sens du « Zeitgeist », l’air du temps au sens noble du terme. Rencontre. 

  • Comment est née l’idée de ce livre?

En tant que photographe je suis souvent amené à voyager dans des territoires sauvages et reculés. Au fil des rencontres avec les habitants de ces régions, j’ai remarqué que certains n’y avaient pas toujours vécu mais avaient fait le choix de changer de vie pour se rapprocher de la nature. 

Souvent il s’agissait de combler un manque ou de se libérer de ses obligations pour retrouver une simplicité qu’ils ne trouvaient pas dans leur vie d’avant.

Les échanges avec ces hommes et ces femmes ont très fortement résonné en moi et je suis parti du principe que d’autres individus aux destins similaires devaient exister sur la planète. C’est ainsi qu’est né «No Signal».

  • Le retour à l’essentiel, c’est un phénomène de mode ou une tendance de fond selon vous?

Les deux ! Année après année, au fil des soldes et des black fridays, on peut se poser la question: qu’est-ce qui me rend le plus heureux ? Me balader en bord de mer, en forêt, ou acheter de nouveaux objets dont je pourrais peut-être me passer ?

Il y a des personnes qui découvrent ainsi que des choses très simples et peu coûteuses peuvent leur procurer beaucoup de bonheur et de satisfaction. Cela peut prendre la forme d’une balade à la campagne le week-end, la découverte du pain au levain, faire ses propres yaourts de temps en temps ou planter des tomates à sa fenêtre ou dans son jardin. Comme tous les sujets à la mode, certains doivent forcément surfer sur cette vague mais si cela éveille plus de gens et vient nourrir une vraie tendance de fond, ça reste très positif.

  • Qu’est ce qui vous a choqué ou charmé dans la façon de vivre des personnes que vous avez rencontrées?

Le rapport au temps. La journée s’organise autour du lever et du coucher du soleil, le rythme varie au fil des saisons, on se calque vraiment sur le rythme de la nature. Cela concerne les animaux pour les naissances, les transhumances ou l’abattage, mais aussi la nourriture. Les légumes qui poussent, le levain qui lève, les fromages qui s’affinent, tout est question de temps. Et comme on du temps, on est plus apaisés, moins stressés.

  • Pourquoi la photographie est elle votre passion?

C’est une formidable excuse pour découvrir le monde et toquer à la porte d’inconnus. Mais c’est aussi le moyen de partager le point de vue des personnes que je photographie et de témoigner des grands voyages et des aventures que j’ai la chance de vivre. 

Quand j’étais petit, à l’école, je passais mon temps collé à la fenêtre, à imaginer tout ce qui pouvait se passer dehors pendant que j’étais coincé derrière mon bureau toute la journée. Cette frustration a beaucoup nourri ma photographie et en particulier ce projet qui était un véritable rêve d’enfant.

  • Vous vous êtes rendu dans les archipels de l’Alaska en passant par la Mongolie jusqu’aux forêts enneigées de Laponie, quels sont les paysages et les expériences de vie qui vous ont le plus envoutées?

L’un des lieux visités qui m’a le plus marqué est un phare tout au nord de la Norvège. Les phares sont souvent construits dans des lieux spectaculaires et celui-ci ne déroge par à la règle. Tout là haut, on a l’impression d’être au bout du monde, c’est un sentiment unique et très fort, inoubliable !

Vous allez adorer recevoir notre shoot d’inspiration mensuel !

Demandez-nous la lune, MyMoonSpots s’occupe de tout !