Travel store & Experiences

Sea art and sun à Naoshima

experienceBout du monde

C’est donc sur l’île de Naoshima que Tadao Ando, la star des architectes japonais, a construit quatre musées dans le style qu’il incarne si bien, et qui allie avec magie, béton bois et matières végétales.

A l’origine, il y a la farouche volonté d’un japonais, Soichiro Fukutake, aujourd’hui expatrié en Nouvelle Zélande. Son souhait ? Eriger cette île en phare de l’art contemporain et « faire en sorte que les habitants de Naoshima retrouvent le sourire ».

Sur place, si tous n’arborent pas forcément un large sourire, le sentiment d’une  immense fierté est prégnant. Une chose est sure, Naoshima, comme ses deux petites soeurs, Teshima et Inujima, rayonnent dans la mer intérieure de Seto. Soichiro Fukutake est milliardaire. Mais c’est surtout un collectionneur d’art passionné. A Noashima, il a endossé le costume de mécène. Selon lui, « l’art contemporain permet de questionner la société actuelle ».

Naoshima n’est pas un gadget pour faire venir des touristes sur une île qui avait perdu de son éclat et de sa splendeur il y a une trentaine d’années. C’est tout simplement une merveille : Au milieu de la mer de Seto, avec comme toile de fonds le métronome des ferries qui croisent à longueur de journées, se trouve donc cette ravissante petite île aux plages désertes et aux criques translucides, ses musées (certains sont enterrés !), ses maisons-galeries et… ses œuvres contemporaines échouées sur les plages. Du jamais vu : beaucoup d’œuvres découvertes dans les musées se retrouvent sur les plages. A l’instar de la fameuse citrouille jaune à pois noirs, la « Yellow Pumpkin » de l’artiste japonaise mondialement connue Yayoi Kusama.

Ici, des dizaines d’œuvres sont semées dans les différents musées de l’île. Attention, ici le mot « musée » ne revêt pas le même sens qu’au Louvre ou au Musée d’Orsay. Le parti pris est radical : seuls un, deux, au maximum trois artistes sont référencés par musée. On découvre par exemple avec émotion des tableaux du sud-coréen Lee Ufan, artiste, écrivain et philosophe, qui nous invite à une réflexion étonnante sur le minimalisme dans une gamme de couleur achromatique, ou, plus surprenant, des Monet sublimes qui ne sont éclairés qu’à la lumière du soleil.

C’est vraiment une autre manière de découvrir l’art contemporain, par l’expérience (ici il faut savoir raser les murs de béton de Tadao Ando qui sont en eux-même une invitation à une balade éphémère, savoir chuchoter, et souvent se déchausser avant d’entrer dans une pièce). Les enfants sont conquis et sauront en garder un souvenir mémorable.

J’ai volontairement classé Naoshima dans ma rubrique « expériences » car observer des œuvres d’art échouées sur une plage est à mes yeux une moment de vie hors du commun.

Laissez-vous faire ! 
MyMoonSpots s’occupe de votre réservation gratuitement

L'adresse de rêve

Un boutique hôtel Hype à Tokyo

EN SAVOIR PLUS

Moon on the earth

Les geishas n’ont pas dit leur dernier mot

EN SAVOIR PLUS