Travel store & Experiences

Anamorphose de l’Uruguay

EnvieHoney Moon
C’était un petit village de pêcheurs ravissant. Campé sur une pointe. Incarné par un phare. Le fameux « faro » cher aux habitants de José Ignacio.

C’est devenu une station balnéaire jet set, prisée des argentins bien sur, mais aussi des américains et des brésiliens. Une excroissance en Uruguay, petit pays coincé entre l’Argentine et le Brésil. Mais reconnaissons-le : un petit paradis léché qui a su conserver tout son charme et attirer des personnalités people du monde entier.

Plages de sable fin devenue repaire de surfers, restaurants tendance dans lesquels on switch de langue aussi vite que de smartphone, quelques boutiques raffinées sans tomber dans les grandes marques de luxe internationales. José Ignacio a su garder son âme et préserver une atmosphère cool, très cosmopolite, branchée, un brin bohème. Un mélange de Cap Ferret français avec ses boutiques à taille humaine et authentiques. Un faux air des Hamptons également.

Ici la jet set argentine se donne évidemment rendez-vous, mais on croise aussi des colombiens : Shakira y a une maison, des franco-italiens : Carla Bruni était là le mois dernier, ou des anglais, à l’instar de Naomi Campbell ou de Ralph Lauren.

Quite à côtoyer des people, autant assumer et s’offrir le must à Jose Ignacio : Dormir dans un des repaires crées par Alexander Vik, businessman norvégien, dont la mère était uruguayenne, tombé littéralement amoureux du coin et devenu un véritable phénomène à José Ignacio.

Dans les faits, cela donne deux hôtels hors du commun, dans lesquels ce dernier place à la fois son imagination et ses désirs.

Playa Vik, d’abord, qui a été conçu par l’architecte uruguayen Carlos Ott, (celui qu François Mitterrand avait choisi pour concevoir l’opéra Bastille en France) et star incontournable en Uruguay ! Véritable ode à l’art contemporain, avec des œuvres d’artistes comme Javier Abdala et ses fameux portraits de bois, mais aussi James Sorrell, on se sent dans une galerie d’art à ciel ouvert plutôt que dans un hôtel.

Le BahiaVik, ouvert plus récemment, a lui les pieds dans le sable, et quatre piscines qui s’entrelacent. Ici, la communion avec la nature est plus forte. Ce qui n’a pas non plus empêché les artistes de s’introduire dans les chambres. Les hôtes passent avec aisance d’un endroit à l’autre. Ici, tout est à profusion, généreux, décalé, quelquefois un brin indécent, mais n’est ce pas le jeu ?

J’ai aimé l’atmosphère zen, la lumière douce et chaude jusqu’à 20 ou 21h au mois de février. Les alizés qui permettent de pratiquer le kite. Les vagues fermes et généreuses qui claquent.

Viva José Ignacio.

Pratique

A partir de 750 euros pour 2 personnes au Playa Vik et au Bahia Vik pour deux personnes. Succulents petits déjeuners.
Salle de sport, vue sur mer. Connexion WiFi. Aéroport de Punta del Este à 60 kms.

À faire

Excursion en kayak sur la laguna Garzon à quelques kilomètres…

Expérience à vivre

Le goût des braises

EN SAVOIR PLUS

Moon on the earth

Le tannat, fierté Uruguayenne

EN SAVOIR PLUS